Troguéry : pardon de saint Ildut et fête de la Trinité Enregistrer au format PDF

Vendredi 21 juin 2019
1 vote

Saint Iltud est le premier patron de l’église de Troguéry même si, aujourd’hui, elle est consacrée à la Sainte-Trinité.

Qui était saint Iltud ?

Saint Ildut est né dans le sud du pays de Galles au milieu du Ve siècle et est mort vers 522.

Certaines sources le font fils d’un chef de clan breton et d’une fille d’un roi de Cambrie. Il aurait, dans sa jeunesse, préparé le métier des armes puis y aurait renoncé pour embrasser la voie monastique.

Ildut fonde le monastère de Llanilltud, devenu Llantwit Major par la suite en anglais, dans le Glamorgan. Ce monastère était l’un des plus illustres de la Bretagne insulaire, tant par la qualité de la formation spirituelle qu’on y dispensait que par l’étendue de la culture littéraire, biblique et même agronomique de ses moines. Le lieu devint ainsi une école recherchée pour l’aristocratie bretonne de l’époque.

On y voit généralement le lieu d’organisation de l’émigration bretonne en Armorique. Ainsi Ildut est-il vénéré par certains comme père fondateur du christianisme celtique.

C’est dans ce monastère qu’ont été formés les disciples d’Ildut dont certains passeront en Armorique comme saint Samson, saint Magloire, Pol Aurélien, saint Lunaire, saint David de Ménevie, saint Gildas le Sage, saint Cadou, saint Brieuc. (D’après Wikipédia).

L’église de Troguéry

Les dates qui figurent sur des cartouches inclus dans les murs extérieurs situent la construction entre 1633 et 1743. Initialement consacrée à saint Ildut, elle fut au XVIIIe dédiée à la Sainte-Trinité. Ce qui fait que le pardon de saint Ildut est toujours célébré le jour de la Sainte-Trinité. Si les fonts baptismaux datent du XVe siècle, la plus grande partie du mobilier, maître-autel et autels latéraux, balustres du chœur sont de facture classique du XVIIIe. Le tableau central représente le Père éternel avec son fils à sa droite et la colombe qui les surplombe symbolise le Saint-Esprit.

De très nombreuses statues, de différentes époques, animent cette église et la rendent très chaleureuse. Elle est très bien entretenue - les vitraux viennent d’être restaurés - et remarquablement fleurie. Merci particulièrement à M. le Maire, à Michèle Goarin et à Mme Fournis.

C’est l’abbé Caroff qui a célébré le pardon et a mené la procession. Son homélie était principalement centrée sur le mystère de la Sainte-Trinité, mystère si difficile à comprendre, mais il nous a montré combien le Saint-Esprit pouvait nous aider dans notre vie spirituelle. Merci à lui.

Reportage : pardon de Troguéry