Sainte Eliboubane reçoit son fils sur l’île Loaven Enregistrer au format PDF

Samedi 20 juillet 2019 — Dernier ajout vendredi 16 août 2019
2 votes

Sainte Eliboubane ouvre la voie à une série de pardons dédiés à des saintes… Eliboubane, Notre-Dame de Kermassac’h, Brigitte, Marie-Madeleine, Anne et ensuite à toutes les fêtes de l’Assomption de la Vierge Marie.

Ce pardon à sainte Eliboubane est très touchant : c’est la visite annuelle de saint Gonery, que nous fêterons le 28 de ce mois, à sa mère, dans son oratoire de l’île Loaven. Si autrefois on traversait le chenal entre Le Castel et l’île Loaven en barque avec le reliquaire de saint Gonéry, maintenant on emporte, à dos de pèlerins, la statue du saint et un très beau bassin reliquaire dont on vous a parlé dans le Mouezh Sant Tugdual du mois de juillet. A l’entrée de l’île, c’est la coutume des ablutions. Le symbole est fort.

Cette île est privée, mais chaque année les habitants nous reçoivent avec foi : tapis de pétales sur les chemins, croix de galets fleurie devant l’oratoire, autel drapé de blanc pour la célébration.

Cette année, le père Hervé-Marie Ricard accompagnait notre curé, Guillaume Caous. C’est lui qui a assuré l’homélie. Une homélie très chaleureuse, mêlant des souvenirs familiaux, famille de 12 enfants, 105 arrière-petits-neveux ! et surtout la proximité d’enfants handicapés, à l’amour de Dieu pour chacun d’entre nous.

" Dans ma nombreuse famille (douze enfants), nous avons grandi avec Solange (IMC) et Christian (trisomique) ; nos parents nous ont donné le goût de la vie, de la joie franciscaine et de l’engagement au service des plus déficients. Si mon appel au sacerdoce a été fortement marqué par le sacrement de la miséricorde de Jésus, j’ai toujours été attiré par les personnes handicapées mentales et psychiques ; et je peux témoigner qu’elles sont très proches du cœur de Jésus et ont le droit de prendre place dans les communautés d’Eglise, d’être évangélisées avec leur langage, de participer aux sacrements ; certes on ne les relègue plus chez eux, mais au-delà des institutions sociales ils accueillent la vie de prière avec joie ; l’Esprit Saint m’a permis de communiquer avec plusieurs autistes, ils ont faim de Dieu même si le reste les intéresse peu. À « l’Arche » et à « Foi et Lumière », ils sont aidés à grandir en sainteté, à être messagers de la joie ; le corps de l’Eglise a grand besoin d’eux ainsi que de l’offrande des personnes âgées".

Le temps était un peu couvert, mais ce pardon était plein de charme et de prière. Merci, mon Dieu. Merci à nos hôtes. La pluie n’est tombée qu’après le pot de l’amitié…

Quelques photos :
Ste Eliboubane à l’île Loaven