Saint Joseph, nous vous prions Enregistrer au format PDF

Jeudi 19 mars 2020 — Dernier ajout lundi 23 mars 2020
1 vote

Nous ne pouvons pas nous rendre aujourd’hui 19 mars au pardon de Plouguiel pour honorer et prier saint Joseph. Mais rien ne nous empêche de méditer l’évangile du jour et ce beau texte de saint Jean-Paul II qui rappelle combien est important le rôle de Joseph dans la Sainte Famille.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie,
de laquelle fut engendré Jésus,
que l’on appelle Christ.

Or, voici comment fut engendré Jésus Christ :
Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ;
avant qu’ils aient habité ensemble,
elle fut enceinte
par l’action de l’Esprit Saint.
Joseph, son époux, qui était un homme juste,
et ne voulait pas la dénoncer publiquement,
décida de la renvoyer en secret.
Comme il avait formé ce projet,
voici que l’ange du Seigneur
lui apparut en songe et lui dit :
« Joseph, fils de David,
ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse,
puisque l’enfant qui est engendré en elle
vient de l’Esprit Saint ;
elle enfantera un fils,
et tu lui donneras le nom de Jésus
(c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve),
car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »

Quand Joseph se réveilla,
il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit.

Saint Jean-Paul II (Redemptoris Custos) :

Au cours de sa vie, qui fut un pèlerinage dans la foi, Joseph, comme Marie, resta jusqu’au bout fidèle à l’appel de Dieu. La vie de Marie consista à accomplir à fond le premier fiat prononcé au moment de l’Annonciation, tandis que Joseph, comme on l’a dit, ne proféra aucune parole lors de son « annonciation » : il « fit » simplement « ce que l’Ange du Seigneur lui avait prescrit » (Mt 1, 24). Et ce premier « il fit » devint le commencement du « chemin de Joseph ». Le long de ce chemin, les Évangiles ne mentionnent aucune parole dite par lui. Mais le silence de Joseph a une portée particulière : grâce à lui, on peut saisir pleinement la vérité contenue dans le jugement que l’Évangile émet sur Joseph : le « juste » (Mt 1, 19). Il faut savoir lire cette vérité car en elle est contenu l’un des témoignages les plus importants sur l’homme et sur sa vocation. Au cours des générations, l’Église lit ce témoignage d’une manière toujours plus attentive et plus consciente, comme si elle tirait du trésor de cette figure insigne « du neuf et de l’ancien » (Mt 13, 52).

Le climat de silence qui accompagne tout ce qui se réfère à la figure de Joseph s’étend aussi à son travail de charpentier dans la maison de Nazareth. Toutefois, c’est un silence qui révèle d’une manière spéciale le profil intérieur de cette figure. Les Evangiles parlent exclusivement de ce que « fit » Joseph ; mais ils permettent de découvrir dans ses « actions », enveloppées de silence, un climat de profonde contemplation. Joseph était quotidiennement en contact avec le mystère « caché depuis les siècles », qui « établit sa demeure » sous son toit. Cela explique par exemple pourquoi sainte Thérèse de Jésus, la grande réformatrice du Carmel contemplatif, se fit la promotrice du renouveau du culte rendu à saint Joseph dans la chrétienté occidentale.

Le sacrifice absolu que Joseph fit de toute son existence aux exigences de la venue du Messie dans sa maison trouve son juste motif « dans son insondable vie intérieure, d’où lui viennent des ordres et des réconforts tout à fait particuliers et d’où découlent pour lui la logique et la force, propres aux âmes simples et transparentes, des grandes décisions, comme celle de mettre aussitôt à la disposition des desseins divins sa liberté, sa vocation humaine légitime, son bonheur conjugal, acceptant la condition, la responsabilité et le poids de la famille et renonçant, au profit d’un amour virginal incomparable, à l’amour conjugal naturel qui la constitue et l’alimente) ». Cette soumission à Dieu, qui est promptitude de la volonté à se consacrer à tout ce qui concerne son service, n’est autre que l’exercice de la dévotion qui constitue une des expressions de la vertu de religion.

Les âmes les plus sensibles aux impulsions de l’amour divin voient à juste titre en Joseph un exemple lumineux de vie intérieure. En outre, l’apparente tension entre la vie active et la vie contemplative est dépassée en lui de manière idéale, comme cela peut se faire en celui qui possède la perfection de la charité. Selon la distinction bien connue entre l’amour de la vérité et l’exigence de l’amour, nous pouvons dire que Joseph a expérimenté aussi bien l’amour de la vérité, c’est-à-dire le pur amour de contemplation de la Vérité divine qui rayonnait de l’humanité du Christ, que l’exigence de l’amour, c’est-à-dire l’amour, pur lui aussi, du service, requis par la protection et le développement de cette même humanité.

Sur Aletéia :

Saint Joseph

Messe à regarder en direct sur KTO, en différé sur You Tube :

à 18h 15 à Saint-Germain-L’Auxerrois

https://www.ktotv.com/video/0032883...

Revoir le pardon de saint Joseph à Plouguiel en 2019 :

Pardon st Joseph 2019

La prière d’un paroissien :

Chers amis,
Ce soir les cloches de l’église de Plouguiel ne carillonneront pas, mais c’est quand même la fête de saint Joseph.
Voici une petite prière que je viens de composer ce matin.
Bonne fête de saint Joseph.
Xavier

Ô Saint-Joseph, notre Patron bien-aimé,
En ces jours d’épreuve,
Nous venons vers vous en toute confiance.
Ne nous laissez pas dominer par le désespoir ni par le découragement.
Affermissez-nous dans la foi, l’espérance et la charité.
Rendez-nous plus attentifs envers ceux qui souffrent autant dans leur cœur que dans leur corps.
Soutenez le personnel soignant dans sa lutte contre la maladie et la souffrance.
Donnez force et courage aux malades atteints par l’épidémie et à leurs familles.
Accueillez dans vos bras ceux qui nous ont quittés.
Accordez à nos gouvernants l’Esprit de sagesse, de conseil, de discernement.
Saint Joseph, patron de Plouguiel, priez pour nous.
Amen.

Plouguiel,
Jeudi 19 mars 2020