Mois de Marie : J4 Enregistrer au format PDF

Dimanche 3 mai 2020
3 votes

Le pape François a écrit en 2019 un livre consacré à Marie Je vous salue Marie. Voici un extrait à lire, à méditer, à prier.

La joie de la foi

Dans quel sens la foi de Marie a-t-elle été une marche ? Dans le sens que, toute sa vie, elle a suivi son Fils : c’est lui Jésus la route ; c’est lui le chemin ! Progresser dans la foi, avancer dans ce pèlerinage spirituel qu’est la foi, n’est rien d’autre que suivre Jésus ; l’écouter et se laisser guider par ses paroles ; voir comment il se comporte et mettre nos pieds dans ses pas, avoir ses sentiments et ses attitudes mêmes.

Et quels sont les sentiments et les attitudes de Jésus ? Humilité, miséricorde, proximité mais aussi ferme refus de l’hypocrisie, de la duplicité, de l’idolâtrie. Le chemin de Jésus est celui de l’amour fidèle jusqu’au bout, jusqu’au sacrifice de sa vie, c’est le chemin de la Croix. C’est pourquoi le chemin de la foi passe par la Croix !

Marie l’a compris dès le début, quand Hérode voulait tuer Jésus qui venait de naître. Mais cette croix est ensuite devenue plus profonde, quand Jésus a été rejeté ; Marie était toujours avec Jésus, elle le suivait au milieu du peuple, elle entendait les bavardages, les paroles odieuses de ceux qui n’aimaient pas le Seigneur. Et cette croix elle l’a portée. La foi de Marie a fait face à l’incompréhension et au mépris.

Quand est arrivée « l’heure » de Jésus, l’heure de la Passion ; alors la foi de Marie a été la petite flamme dans la nuit. Une petite flamme en pleine nuit. Dans la nuit du Samedi saint Marie a veillé. Sa petite flamme, petite mais claire, est restée allumée jusqu’à l’aube de la Résurrection.

Et quand elle a appris que le tombeau était vide, dans son cœur a débordé la joie de la foi, la foi chrétienne en la mort et la résurrection de Jésus Christ. Parce que la foi nous conduit toujours à la joie, Marie est bien la Mère de la joie, elle qui nous enseigne à aller par ce chemin de la joie et à vivre cette joie… Cette rencontre de Jésus et de Marie est le point culminant de la marche de la foi de Marie et de toute l’Église.

Comment est notre foi ? Est-ce que nous la tenons allumée, comme Marie, même dans les moments difficiles, les moments de ténèbres ?
Ai-je ressenti la joie de la foi ? Ce soir, Mère, nous te remercions pour ta foi de femme forte et humble ; nous renouvelons notre confiance en toi, Mère de notre foi. Amen.
Je vous salue Marie, pp.132-134

Une prière

Prière à la Dame des Cieux par François Villon

Né à Paris en 1431, François Villon (1431-1463) est reçu Maître ès-art à la faculté de Paris en 1452. Au cours d’une vie agitée, il compose pour sa mère la prière à la Dame des Cieux, à qui est dédiée la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Notre-Dame de Paris

Vous avez porté, Vierge,
Digne princesse
Jésus dont le règne n’a ni fin ni cesse
Le Tout-Puissant,
Prenant notre faiblesse,
Laissa les cieux
Et vint nous secourir,
Offrit à la mort
Sa très chère jeunesse :
Notre Seigneur,
Tel est, tel le confesse
En cette foi je veux vivre et mourir.

Chapelet

Le lundi, les mystères joyeux sont caractérisés par la joie qui rayonne de l’évènement de l’Incarnation.

  • L’Annonciation
  • La Visitation
  • La Nativité
  • La présentation de Jésus au Temple
  • Jésus est retrouvé au Temple

Une intention

Avec vous, Marie, nous prions le Père pour que nous tous, pèlerins sur la terre, nous devenions des acteurs de paix et d’amour pour tous, surtout en faveur des plus démunis, des personnes isolées, des malades et de tous les souffrants.

Chant

Madame

Illustration : Statue de la Vierge, Notre-Dame de Paris

Cette sculpture date du milieu du XIVe siècle. Elle provient de la chapelle Saint-Aignan, située dans l’ancien cloître des chanoines, sur l’île de la Cité. En 1818, elle est transférée à Notre-Dame pour être placée au trumeau du portail de la Vierge, en remplacement de la Vierge du XIIIe siècle, détruite en 1793. Puis, en 1855, Viollet-le-Duc décide de la déplacer pour l’adosser au pilier sud-est du transept de la cathédrale. Un autel dédié à la Marie se trouve à cet emplacement au Moyen âge et reste un haut lieu de dévotion. Cette statue incarne l’image de « Notre Dame de Paris », appellation qui lui est associée.