Mois de Marie : J21 Enregistrer au format PDF

Jeudi 21 mai 2020 — Dernier ajout mercredi 27 mai 2020
0 vote

Je vous salue, Marie

Lorsque nous prions seul, arrêtons-nous après ces premiers mots. Car il faut que Celle à qui nous nous adressons ait le temps d’être prévenue : « Quelqu’un désire vous parler ». Avant qu’elle le sache, inutile de continuer. Or, il faut un certain temps pour qu’elle soit prévenue, même si celui qui s’en charge est, aujourd’hui encore, l’ange de la première salutation. Donc, arrêtons-nous, que l’ange ait le temps d’aller la chercher au plus haut du ciel et de lui dire : « Quelqu’un, sur terre, recommence la toute belle salutation ; venez, Reine, daignez montrer que vous écoutez, ce sera plus poli ». Laissons donc, à Celle que nous voulons saluer, le temps de se disposer à nous rendre la politesse.

D’autre part, et ceci nous est dicté par une longue pratique, ce petit arrêt nous permettra de nous recueillir dès le début de chaque « Je vous salue, Marie », avant de continuer par l’énumération tellement dense, trop dense, des privilèges reçus par cet être exceptionnel. Car, si nous nous lançons de suite dans cette énumération, celle-ci défilera sans que nous sachions ce que nous disons. Un ruisseau peut couler lentement, même sans qu’on le régularise ; mais les mots de la prière coulent vite, trop vite. Il faut donc les retenir dans le calme. C’est pourquoi, faisons un arrêt après « Je vous salue, Marie », un arrêt attentif et souple.

Pensons que pour chaque « Je vous salue, Marie », nous sommes deux qui devons comprendre chaque mot : Elle et nous.

Peut-être l’ange lui-même, après avoir dit : « Je vous salue, Marie », eut-il un instant de saisissement et de silence ? Au minimum, nous pouvons le supposer intelligent : il a donc respecté les virgules. Ne faisons pas moins bien que lui.

Père Jérôme (1907-1985) était moine de l’abbaye Notre-Dame de Sept-Fons de l’Ordre cistercien (trappiste). Il était ingénieur agronome, né dans l’île de Rhodes, et de nationalité suisse. Sans le Père Jérôme, Sept-Fons ne connaîtrait sans doute pas son efflorescence actuelle.
Ce texte est le premier chapitre d’un tout petit livre « Je vous salue, Marie », paru en 2013.

La prière

Ô Marie,

Tu brilles toujours sur notre chemin comme un signe de salut et d’espoir.

Nous nous confions à toi, Santé des malades, qui auprès de la Croix, a été associée à la douleur de Jésus, en restant ferme dans la foi.

Toi, Salut du peuple romain, tu sais de quoi nous avons besoin et nous sommes sûrs que tu y pourvoiras pour que, comme à Cana de Galilée, la joie et la fête reviennent après cette épreuve.

Aide-nous, Mère de l’amour divin, à nous conformer à la volonté du Père et à faire ce que nous dira Jésus, qui a pris sur lui nos souffrances et s’est chargé de nos douleurs pour nous conduire à travers la Croix, à la joie de la résurrection. Amen.

Sous l’abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu.

Ne méprise pas nos prières quand nous sommes dans l’épreuve, mais de tous les dangers délivre-nous toujours, Vierge glorieuse et bénie.

La première prière proposée par le Pape François pour ce mois de Marie

Le chapelet

Nous pouvons nous joindre au chapelet récité à Lourdes sur KTO ou à la radio sur RCF à 15h30.

Ce jeudi, nous prions avec les mystères lumineux :

  • le Baptême au Jourdain
  • Les noces de Cana
  • La prédication de Jésus
  • La Transfiguration
  • L’institution de l’Eucharistie

Intention

Pour l’Église, messagère de l’Évangile,
afin que, les yeux et le cœur fixés sur Jésus monté au ciel, elle apprenne de plus en plus au milieu des tribulations à ne compter que sur Lui, son Seigneur bien-aimé, prions ensemble.

Chant

natasha st-pier

Illustration

Détail de la fresque de l’Annonciation de Fra Filippo Lippi située à Spolète dans la cathédrale. 1467-1469.