Mois de Marie : J2 Enregistrer au format PDF

Vendredi 1er mai 2020 — Dernier ajout samedi 2 mai 2020
1 vote

Voici une proposition pour vivre ce mois de Marie confiné en étant unis spirituellement avec notre paroisse et avec tous nos frères croyants.
Non, la prière n’est jamais virtuelle ! A nous de la faire monter, bien réelle, joyeuse, régulière, vers la Vierge Marie.

Nous vous proposons des rendez-vous, virtuels cette fois-ci, pour ceux qui le peuvent, à 15 h 30 tous les jours pour les chapelets retransmis par KTO ou RCF, pour prier en famille ou seuls dans le secret de notre cœur. La force de notre prière en sera décuplée.

Tous les jours de ce mois de mai, une proposition vous sera faite sur ce site pour vous aider, pour vous faire découvrir d’autres façons de prier Marie.
Pensez à prévenir vos voisins, vos amis qui n’ont pas internet pour qu’ils se joignent à nous.

Nous sommes samedi. Savez-vous que le samedi est un jour particulier pour la dévotion à la Vierge Marie ? Il semblerait qu’il y ait plusieurs raisons à cela. En voici une, transmise au XIII° siècle par Humbertus de Romanis, maître général des moines prêcheurs (dominicains) :

Le samedi est le jour béni par Dieu plus que les autres jours, Dieu bénit le septième jour (Gn 2, 3) et Marie est la « bénie entre les femmes » (Lc 1,42).

Une lettre du pape Jean-Paul II

Lettre apostolique « Rosarium virginis Mariae » - 2002

Depuis mes plus jeunes années, cette prière a eu une place importante dans ma vie spirituelle. Le Rosaire m’a accompagné dans les temps de joie et dans les temps d’épreuve. Je lui ai confié de nombreuses préoccupations. En lui, j’ai toujours trouvé le réconfort.

Il y a vingt-quatre ans, le 29 octobre 1978, deux semaines à peine après mon élection au Siège de Pierre, laissant entrevoir quelque chose de mon âme, je m’exprimais ainsi : « Le Rosaire est ma prière préférée. C’est une prière merveilleuse. Merveilleuse de simplicité et de profondeur. […]

On peut dire que le Rosaire est, d’une certaine manière, une prière-commentaire du dernier chapitre de la Constitution Lumen gentium du deuxième Concile du Vatican, chapitre qui traite de l’admirable présence de la Mère de Dieu dans le mystère du Christ et de l’Église. En effet, sur l’arrière-fond des Ave Maria défilent les principaux épisodes de la vie de Jésus Christ. Réunis en mystères joyeux, douloureux et glorieux, ils nous mettent en communion vivante avec Jésus à travers le cœur de sa Mère, pourrions-nous dire.

En même temps, nous pouvons rassembler dans ces dizaines du Rosaire tous les événements de notre vie individuelle ou familiale, de la vie de notre pays, de l’Église, de l’humanité, c’est-à-dire nos événements personnels ou ceux de notre prochain, et en particulier de ceux qui nous sont les plus proches, qui nous tiennent le plus à cœur. C’est ainsi que la simple prière du Rosaire s’écoule au rythme de la vie humaine ».

Une prière

Né à Orléans en 1873, Charles Péguy, orphelin de père, il est élevé par sa mère, rempailleuse de chaises. Education pieuse, sévère et studieuse. En classe de philosophie, il perd la foi. Il est reçu à l’Ecole normale supérieure en 1894. En septembre 1908, il confie à son ami Joseph Lotte la nouvelle de sa conversion religieuse. Sa spiritualité le conduit à Chartres. Mobilisé le 4 août 1914, il est tué d’une balle au front, à Villeroy, dans la Brie.

S’adresser hardiment à celle qui est infiniment belle

S’adresser hardiment à celle qui est infiniment belle.
Parce qu’aussi elle est infiniment bonne.
A celle qui intercède. La seule qui puisse parler avec l’autorité d’une mère.
S’adresser hardiment à celle qui est infiniment pure.
Parce qu’aussi elle est infiniment douce.
Infiniment accueillante.
Accueillante comme le prêtre qui au seuil de l’église va au-devant du nouveau-né jusqu’au seuil. Au jour de son baptême.
Pour l’introduire dans la maison de Dieu.

À celle qui est infiniment riche.
Parce qu’aussi elle est infiniment pauvre.

Notre-Dame de la belle verrière -Chartres
Notre-Dame de la belle verrière -Chartres


A celle qui est infiniment grande.
Parce qu’aussi elle est infiniment petite.
Infiniment humble.

Une jeune mère.
A celle qui est infiniment jeune
Parce qu’aussi elle est infiniment mère.
A celle qui est infiniment joyeuse.
Parce qu’aussi elle est infiniment douloureuse.
Septante et sept fois septante fois douloureuse.

À celle qui est infiniment touchante.
Parce qu’aussi elle est infiniment touchée.
A celle qui est toute Grandeur et toute Foi.
Parce qu’aussi elle est toute Charité.
A celle qui est toute Foi et toute Charité.
Parce qu’aussi elle est toute Espérance.

A celle qui est pleine de grâce
Parce qu’elle est avec nous.
A celle qui est avec nous
Parce que le Seigneur est avec elle.
A celle qui intercède.
Parce qu’elle est bénie entre toutes les femmes.
Et que Jésus, le fruit de son ventre, est béni.

A celle qui est pleine de grâce
Parce qu’elle est aussi pleine d’efficace
Maintenant.
Et parce qu’elle est pleine de grâce et pleine d’efficace
Et à l’heure de notre mort ainsi soit-il.

Le chapelet

Nous pouvons nous joindre au chapelet récité à Lourdes sur KTO ou à la radio sur RCF à 15h30

Nous sommes samedi et nous prions les mystères joyeux : quand on médite le rosaire, les mystères joyeux nous aident à toucher du doigt le bonheur pour lequel nous avons été créés. La sainteté est joie, Dieu veut que nous soyons saints. « Le saint est capable de vivre joyeux et avec le sens de l’humour » (Pape François, Gaudete et Exultate).

  • L’annonciation
  • La visitation
  • La nativité
  • La présentation de Jésus au Temple
  • Le recouvrement de Jésus au temple

Intention de prière

Seigneur, nous vivons douloureusement l’absence de ton eucharistie, le partage de la Parole tous ensemble, la privation de nos réunions familiales et amicales. Donne-nous la joie et le sens de l’humour pour passer cette période difficile.

Un chant

L’antienne « Regina caeli », la plus récente des Antiennes mariales (XIVe siècle) remplace la Prière de l’Angelus durant le temps pascal car elle exprime la joie de la Résurrection du Christ. Cette antienne parle aussi du Ciel, dont Marie est la Reine auprès de son Fils.

Voici une version un peu différente :
Regina coeli basque

Reine du Ciel, réjouissez-Vous, alléluia
car Celui que Vous avez mérité de porter dans Votre sein, alléluia
est ressuscité comme Il l’a dit, alléluia
Priez Dieu pour nous, alléluia.