Mois de Marie : J14 Enregistrer au format PDF

Mercredi 13 mai 2020 — Dernier ajout mardi 12 mai 2020
0 vote

Sermon des douze Étoiles sur les douze Privilèges de la Vierge Marie.

« Ô Notre-Dame Médiatrice, comme Te voici devenue l’amie du Seigneur, ô Dame ! Combien proche, que dis-je, combien intime à cause de Tes mérites ; quelle grâce Tu as trouvé auprès de Lui ! En Toi Il demeure, et Toi en Lui ; Tu Le revêts et Tu es revêtue par Lui. Tu le revêts de la substance de Ta chair, et Lui, Il Te revêt de la gloire de sa Majesté ; Tu revêts le soleil d’une nuée, et Toi-même Tu es revêtue par le soleil. Et maintenant, ô Mère de Miséricorde, au nom de cette Tendresse même de ton Cœur très pur, la Lune - l’Eglise - prosternée à Tes pieds T’adresse ses pressantes supplications, à Toi la Médiatrice établie pour elle auprès du Soleil de justice, pour obtenir que dans Ta lumière elle voie la Lumière, pour mériter par Ton entremise les bonnes grâces de ce Soleil qui T’a aimée vraiment plus que tout, qui T’a faite si belle en Te parant d’un manteau de gloire et en plaçant sur Ton front la plus belle des couronnes. Nourris aujourd’hui Tes pauvres, ô Notre Dame, car Tu es vraiment la Vierge choisie par avance et destinée au Fils du Très-Haut qui est au-dessus de tout, Dieu béni à jamais. Ainsi soit-il. »

Quelles sont ces douze Étoiles qui composent à Marie un Diadème Royal ?

Nous pouvons reconnaître, non sans motif, semble-t-il, dans ces douze étoiles, les douze Privilèges de grâce qui font à Marie une Parure unique. En effet, si on distingue en Marie : des Privilèges du ciel, des Privilèges du corps, des Privilèges du cœur ; et si ce trinôme est multiplié par quatre, nous avons à n’en pas douter, la série complète des douze étoiles qui brillent au Diadème de notre Reine. Pour moi, un éclat particulier rayonne de la Naissance de Marie (1), de la Salutation de l’ange (2), de la venue sur Elle de l’Esprit Saint (3), de l’ineffable Conception du Fils de Dieu(4). De même resplendissent d’une beauté éclatante : son premier Rang parmi les vierges(1), sa Fécondité sans souillure (2), sa Maternité exempte de fatigue (3), son Enfantement sans douleur (4). De plus, resplendissent en Marie tout autant : la délicatesse de sa Modestie (1), l’Humilité de son dévouement (2), la magnanimité de sa Foi (3), le Martyre de son cœur (4).

Je laisse à votre zèle le soin de scruter plus attentivement chacun de ces Privilèges…

Saint Bernard de Clairvaux (1090-1153)

Prière

« SOUVENEZ-VOUS, ô très miséricordieuse Vierge Marie » est une prière catholique dédiée à la Vierge Marie. Elle a été composée au XIIe siècle, en 1153, par Saint Bernard de Clairvaux, fondateur de l’Ordre des Cisterciens. La Très Sainte Vierge Marie n’abandonne jamais ceux qui prient son intercession et cette prière permet d’accomplir l’impossible.

Souvenez-vous,
ô très miséricordieuse Vierge Marie,
qu’on n’a jamais entendu dire
qu’aucun de ceux qui ont eu recours à votre protection,
imploré votre assistance ou réclamé votre secours,
ait été abandonné.

Animé d’une pareille confiance,
ô Vierge des vierges, ô ma Mère,
je cours vers vous, je viens à vous et,
gémissant sous le poids de mes péchés,
je me prosterne à vos pieds.

Ô Marie, Mère du Verbe incarné,
ne rejetez pas mes prières,
mais écoutez-les favorablement
et daignez les exaucer. Ainsi soit-il.

Saint Bernard de Clairvaux (1090-1153)

Chapelet

Nous pouvons nous joindre au chapelet récité à Lourdes sur KTO ou à la radio sur RCF à 15h30.

Ce jeudi, nous prions avec les mystères lumineux :

  • le Baptême au Jourdain
  • Les noces de Cana
  • La prédication de Jésus
  • La Transfiguration
  • L’institution de l’Eucharistie

Intention

Prions le Seigneur, avec Marie, pour le monde médical : les aide-soignants, les ambulanciers, les infirmières, les médecins, les chercheurs, et tous ceux qui se dévouent pour le bien-être et la santé de tous les malades.

Chant

Salve Regina

Saint Bernard serait l’auteur des trois dernières invocations : O Clemens, O Pia, O Dulcis Virgo Maria. En effet, d’après les récits de ses miracles, il se trouvait dans la cathédrale de Spire, en Allemagne, en présence de tout le clergé, quand il se mit trois fois à genoux, disant à chaque agenouillement l’une des trois invocations. L’Église aurait ensuite décidé d’incorporer ces prières à la fin du Salve.

Selon une autre tradition, il se trouvait dans la basilique Notre-Dame d’Avioth (actuellement dans le département de la Meuse) quand il chanta le Salve Regina pour la première fois. D’autres sources attribuent au saint la composition de toute l’antienne.

Illustration

L’apparition de la Vierge à Saint Bernard Matteo di Pacino (Maître de la Chapelle Rinuccini), 1370, Accademia de Florence

Ce panneau est l’un des tous premiers exemples de l’invention de cette iconographie. Car parmi les nombreuses visions racontées dans les textes sur la vie de Saint Bernard, il n’y en a aucune qui corresponde précisément à la scène : Marie entourée d’anges apparaissant au Saint en train d’écrire.

L’idée en semble logique, vu la popularité du Saint à cette époque et sa dévotion bien connue envers Marie.

Une autre source de cette iconographie pourrait être un traité attribué à l’époque à Saint Bernard, le Planctus sancta marie virginis, dans lequel la Vierge, n’étant plus elle-même capable de pleurer depuis son accession au Paradis, demande au Saint de transcrire, avec ses propres larmes, les douleurs que lui a fait éprouver la Passion de son fils.

De manière très originale, le panneau illustre le dialogue entre le scribe qui, pour faire préciser un point obscur à sa commanditaire, écrit la question dans son livre…

Reine des cieux, mère du crucifié, étais-tu à Jérusalem quand fut capturé ton fils ? Regina Celi mater crucifixi dic mater domini si in jerusalem eras quando captus fuit filius tuus …et l’Apparition qui lui répond, en lettres dorées :

J’étais à Jérusalem quand j’ai entendu cela. Jerusalem eram quando hoc audivi

L’idée d’un échange « littéraire » entre Marie et son admirateur, et d’une différence typographique (lettres manuscrites contre lettres dorées) traduisant la distance entre le Saint et le Divin, se retrouvera chez Filippino Lippi.