Les disciples d’Emmaüs Enregistrer au format PDF

Vendredi 24 avril 2020 — Dernier ajout samedi 25 avril 2020
2 votes

La localité d’Emmaüs n’a pas été identifiée avec certitude. Il y a différentes hypothèses, et ceci n’est pas dépourvu de signification, parce que cela nous fait penser qu’Emmaüs représente en réalité chaque lieu : le chemin qui y conduit est le chemin de chaque chrétien, bien plus encore, de chaque homme. Sur nos chemins, Jésus ressuscité se fait compagnon de voyage, pour rallumer dans nos cœurs la chaleur de la foi et de l’espérance et rompre le pain de la vie éternelle…
Benoît XVI

3e dimanche de pâques A
Ac 2, 14-33 / 1 P 1, 17-21 / Lc 24, 13-35

Cet évangile retrace tout l’itinéraire de l’eucharistie, dans une pédagogie que Jésus lui-même nous propose. En ces temps où la messe nous manque tant, cette page de saint Luc nous la fait désirer encore plus.

Jésus se rend présent sur la route
Jésus est présent à nos vies quotidiennes, avec tout ce qu’elles sont ; à notre rythme. Jésus ne s’impose pas. Il écoute l’espérance déçue des marcheurs, et il attend leur invitation pour se dire. A la messe, nous arrivons aussi avec tout ce qui a fait notre semaine, nos joies, nos soucis, et ceux de nos proches et du monde.

Jésus se révèle au pain partagé
L’expérience du compagnonnage permet de reconnaître Jésus : la foi est un don de Dieu. La rencontre eucharistique est essentielle pour ouvrir les yeux de la foi.

D’autres formes de prière en famille sont possibles, d’autres partages de la parole. Beaucoup le vivent ces jours, avec joie, et ils y trouvent aussi de quoi refaire leur espérance. Mais on ne peut séparer corps du Christ et Corps du Christ : l’Église donne à voir Jésus ressuscité lorsqu’elle se rassemble, et cette privation de liberté de nous réunir pour écouter la parole et partager le pain est une violence faite à l’intégrité de notre communauté. Si nous consentons aux règles sanitaires imposée, cette crise ne doit pas altérer cette nécessité existentielle du rassemblement des chrétiens le jour du Seigneur.

En attendant la liberté de nous retrouver, la Parole est offerte à chacun pour y découvrir le visage de Dieu et son désir pour nos vies.

Sur le registre du manque, le corps du Christ qui ne peut plus prendre forme dans l’assemblée dominicale nous redit l’importance de la proximité physique avec Jésus, qui trouve son sommet dans le partage du pain.

Les disciples deviennent missionnaires
Cléophas et son compagnon sont mis en mouvement après s’être assis avec le Christ, après avoir reçu son explication des Écritures et son pain partagé. Ils répandent la bonne nouvelle d’eux-mêmes, parce que Jésus les habite, les a visités.

Que cette page d’évangile rende nos cœurs brûlants pour dire à ce monde dans l’angoisse du lendemain : Il est ressuscité !

Guillaume Caous +

Écoutons l’Évangile :
les disciples d’Emmaüs

Chantons :
Sur la route d’Emmaüs

Et méditons :