Le Sacrement de la tendresse Enregistrer au format PDF

Vendredi 15 mars 2019
3 votes

Lors de notre entrée en Carême, cet appel de Saint Paul a retenti : « nous le demandons au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu. » (2Co 5, 20). Laissons à nouveau résonner cet appel à nos oreilles : l’appel d’un Dieu aimant, d’un Dieu miséricordieux, penché sur notre humanité blessée, comme une mère sur le lit de son enfant malade.

Qui peut fuir devant la manifestation d’une telle tendresse ? Qui peut craindre la réaction d’un Dieu « qui donne la preuve suprême de sa puissance lorsqu’il patiente et prend pitié ». Dieu est le premier défenseur des personnes blessées, abusées, trompées, il est même notre libérateur. Ce qui ne dispense pas les auteurs d’actes ignobles de se soumettre à la justice des hommes.

Lorsque nous célébrons le sacrement de la réconciliation, nous venons d’abord confesser notre foi en ce Dieu d’amour : Père, Fils et Saint-Esprit, confesser ses merveilles dans notre vie. Aidé par le prêtre, nous reconnaissons ensuite nos limites humaines face à l’immensité de cet Amour divin, nous nous reconnaissons pécheurs. Pécheurs embrassés, saisis par la tendresse divine ! Quel soulagement de sentir que je suis aimé(e) pour ce que je suis et non pour ce que je pourrais être. Dieu m’aime pour ce que je suis !

Chaque fois que je vais me confesser, c’est mon orgueil qui en prend un coup mais c’est surtout le Royaume des Cieux qui progresse. Ma démarche personnelle de réconciliation rejaillit sur la communauté tout entière.

Dans les paroisses de notre zone pastorale de Lannion, nous nous sommes concertés afin d’offrir différentes possibilités pour vivre ce sacrement de la réconciliation tel que l’Eglise nous y invite. Dans la mesure du possible, nous faisons en sorte que vous ayez la liberté de vous confesser avec des prêtres autres que ceux de votre paroisse.

Les curés et délégués pastoraux des paroisses de la zone pastorale de Lannion