L’homme, artisan de la Création (1) Enregistrer au format PDF

Jeudi 15 novembre 2018 — Dernier ajout vendredi 16 novembre 2018
1 vote

La collaboration qui existe entre le Créateur qui nous a livré la terre et l’homme qui transforme la Création et en tire parti pour améliorer ses conditions de vie est extraordinaire et fascinante.

L’intelligence, un don de Dieu

J’ai toujours été émerveillée par l’intelligence humaine capable de se servir de la nature pour réaliser des choses étonnantes.

info document -  voir en grand cette image

Par exemple, nos ancêtres ont élevé des moutons depuis toujours mais c’est à force de réfléchir que l’idée leur est venue de tondre la toison qui les recouvrait, puis de la travailler pour fabriquer un fil capable d’être tricoté afin de faire des vêtements chauds pour se défendre contre le froid.

info document -  voir en grand cette image

De même le lin. Qui aurait pu imaginer que cette petite fleur bleue que la nature faisait pousser possédait des substances oléagineuses qui permettraient de fabriquer de la toile, utilisée en particulier par la marine à voile, seul moyen de transport pour rejoindre les pays lointains ? Cela a d’ailleurs fait la richesse de la Bretagne où s’épanouissait par champs entiers ce précieux don de Dieu.

info document -  voir en grand cette image

Nous sommes conscients aussi de l’importance de l’eau qui donne la vie. Quand les nappes phréatiques sont épuisées, nous pouvons être inquiets car rien ne pousse. Quelle richesse que cette eau fournie par la nature et que l’homme a domestiquée en l’amenant froide ou chaude dans nos cuisines et nos salles de bains !

Depuis que l’homme a été créé, il ne cesse d’inventer, de perfectionner, en utilisant les richesses de la terre, les transformant pour faciliter notre vie. Personne ne regrette le temps où l’on s’éclairait à la bougie et nous mesurons les avantages que nous donne l’électricité quand, pour une raison ou pour une autre, nous en sommes privés. Dieu a créé des graines et la terre qui les nourrit. L’homme s’en est servi pour s’alimenter. L’intelligence de l’homme lui a donné l’idée d’écraser les épis de blé et de travailler la farine obtenue pour obtenir le pain quotidien.

Cette collaboration qui existe entre le Créateur qui nous a livré la terre et l’homme qui transforme la Création et en tire parti pour améliorer ses conditions de vie est extraordinaire et fascinante. Mais cela va encore plus loin.

Jésus s’appuie sur le travail de l’homme pour le transcender

Jésus s’est servi du pain tout ordinaire, mangé par tous les hommes, et l’a transformé en son Corps, pour que nous puissions nous en nourrir. Cela ne vous rappelle rien ? A la messe, quand commence l’offertoire, le prêtre dit : « Tu es béni, Dieu de l’univers, toi qui nous donnes ce pain, fruit de la terre et du travail des hommes, nous te le présentons, il deviendra le Pain de la Vie ». Il fait de même avec le vin, « fruit de la terre et du travail des hommes ». Puis le prêtre verse quelques gouttes d’eau dans le vin qui va devenir, par la consécration, le Sang du Christ en disant :
« Comme cette eau se mêle au vin pour le sacrement de l’Alliance, puissions-nous être unis à la divinité de Celui qui a pris notre humanité ».

Comment ne pas être bouleversé par cette prière qui associe notre humanité à la divinité du Christ, notre humble travail à la splendeur de la création ? Jésus lui-même divinise sa créature.

Alors le prêtre, en notre nom, prenant conscience de la misère humaine, murmure : « Humbles et pauvres, nous te supplions, Seigneur, accueille-nous. Lave-moi de mes fautes, purifie-moi de mon péché ».

Ces paroles de la prière eucharistique donnent au travail des hommes une valeur sacrée et nous invitent à valoriser tout travail qui collabore au bien de l’humanité. C’est l’alliance entre Dieu Créateur et l’homme, sa créature, qui rend la vie de celle-ci possible.

Quand nous entrons dans la prière eucharistique, je suis à la fois éblouie par cette invitation du Seigneur et, en même temps, je suis triste qu’elle passe inaperçue… chacun fouille dans son sac pour y trouver les pièces qu’on va jeter dans la corbeille de la quête…