Le mot du curé Enregistrer au format PDF

Jeudi 3 septembre 2020
52 votes

Cette rentrée ressemble plutôt à une poursuite : même vigilance, mêmes gestes de protection de soi et des autres. Et pourtant il faut reprendre. Les services d’Église mis en sommeil ces dernières semaines (service d’autel, groupes de chants, catéchèse, équipes liturgiques…) vont pouvoir être honorés à nouveau. Il est important que chacun puisse reprendre son engagement qui nourrit aussi notre foi dans l’échange et le service concret. Ces multiples services disent aussi la vitalité de notre communauté chrétienne.

Reprendre ne signifie pas forcément refaire comme on a toujours fait. Ces semaines nous ont conduits à davantage de simplicité mais aussi parfois à davantage d’isolement ou de sentiment d’abandon.

Cette rentrée doit être pensée ensemble : chaque service est au bénéfice de tous, pas de quelques-uns, aussi légitimes que soient nos groupes affinitaires ou géographiques. L’Église du Christ n’est pas l’Église de tel ou tel mais l’Église du Christ dont nous sommes chacun.

Notre paroisse doit pouvoir vivre la diversité des situations dans l’unité de la foi et des décisions pastorales qui en découlent, sous la houlette de l’EAP qui conseille et propose à la décision du curé et de la déléguée pastorale. Chacun ne peut pas décider dans son coin sans rendre compte de ce qu’il décide seul car c’est la communauté qu’il engage.

Que saint Tugdual, bon pasteur d’un ‘peuple à la nuque raide’ nous aide à comprendre qu’un seul baptême nous oblige à une unité d’action, répercutée dans la diversité des situations, mais réellement signe de la communion que Jésus est venu rassembler.

Abbé Guillaume Caous

Mouezh Sant Tugdual n° 129, septembre 2020