De la Croix à l’Espérance Enregistrer au format PDF

Mercredi 8 avril 2020 — Dernier ajout samedi 18 avril 2020
5 votes

Ce texte a été écrit d’une traite, alors que le Covid-19 commençait à faire des ravages dans les hôpitaux français. Vincent Massart, médecin pneumologue à Rennes, est aussi diacre permanent pour le diocèse de Rennes. Face à la pandémie qui progresse, il livre un témoignage bouleversant sous la forme d’un Chemin de Croix. On y lit l’expérience douloureuse d’un soignant qui voit le drame avec les yeux de la foi et de l’espérance.

La Bretagne est en quarantaine, et avec la Bretagne, toute la France, l’Europe, le monde entier. Comme si l’univers, toute la création étaient confinés à domicile ! Pendant que la télévision compte les morts, tout un monde souffre. Sur ce chemin de douleur, le Christ nous a déjà tracé la route. De même que la bible est une relecture perpétuelle de la même histoire du peuple juif, nous pouvons regarder, relire cette épreuve de l’épidémie pour l’inscrire dans le grand livre de l’amour de Dieu pour les hommes.

Sur ce chemin de douleur, le Christ nous a déjà tracé la route

Nous pouvons y voir le chemin de croix de Jésus aujourd’hui. C’est sa via dolorosa avec nous aujourd’hui, et nous croyons qu’il nous mènera à la résurrection. Ce sont les douleurs de l’enfantement dans un monde à transformer, et nous voulons croire que ce chemin nous conduit, avec le Christ, à une nouvelle vie, une nouvelle naissance, une re-naissance. Sur notre chemin de croix, sur ce chemin, Jésus nous montre la route. Il nous accompagne à chacune des étapes. Avec lui nous prions.

Jésus prie son père à Gethsémani

Le pic épidémique est attendu en Bretagne un peu plus tardivement qu’il est arrivé sur d’autres régions de France. Nous avons pu prendre la mesure de la gravité et donc le temps de nous préparer. Nous avons prié avec notre évêque à la Peinière et avec le Pape qui nous a béni « Urbi et Orbi », comme à l’époque des grandes épidémies d’autrefois.

Nous avons prié avec notre évêque à la Peinière et avec le Pape

Cette préparation nous rassure un peu, mais nous angoisse aussi. Les services de médecine et de réanimation s’organisent, les autorités de santé abreuvent les professionnels du soin de directives, de plans, de consignes, de conseils. Nous sommes dans l’inquiétude, nous nous préparons et nous prions.

Jésus est condamné par le Sanhédrin

Notre monde est condamné. Les personnes âgées sont isolées, les enfants ne vont plus à l’école, les familles dispersées ne peuvent plus se retrouver. L’économie s’écroule, les bourses s’effondrent. Les soignants sont envoyés auprès des malades Covid où personne ne veut aller, sans le matériel de protection suffisant. Les malades ne pourront peut-être pas tous bénéficier d’une réanimation si leur état l’exige.

Avec ce monde qui meurt, c’est tout un mode de vie qui meurt un peu.

Notre économie de la santé démontre ses faiblesses, ses insuffisances. Le manque de médecins, le manque de soignants, le déficit de moyens étaient dénoncés depuis des années mais cette réalité prend brutalement tout son sens. L’Occident se réveille. Tout notre système économique pourrait être condamné dans cette histoire. Avec ce monde qui meurt, c’est tout un mode de vie qui meurt un peu.

Lire la suite sur le site d’origine :

chemin de croix d’un médecin