Compte-rendu de l’EAP du 13 avril 2020 Enregistrer au format PDF

Vendredi 17 avril 2020 — Dernier ajout dimanche 19 avril 2020
2 votes

Compte-rendu de la réunion de l’EAP par Skype du 13 avril 2020
Ordre du jour :

  • Comment développer le lien qui s’est créé virtuellement et l’exploiter par la suite ?
  • Comment avons-nous vécu ce carême, cette semaine sainte et cette fête de Pâques si particuliers ?

Questions diverses :

  • Consécration de la paroisse aux Cœurs sacrés de Jésus et Marie ?
  • Pardon de saint Yves : le point à la date du 13 avril.

Présents en ligne : l’abbé Caous, Maryvonne Arzul, Rémi Ban, Véronique de Beauregard, Sandrine Colin, Cathie Guillo, Marie-Laure Quillévéré
Jacques Couvreur n’a pu se joindre à nous pour des raisons techniques, mais il a envoyé par mail ses réflexions sur les sujets proposés.

Echanges sur les moyens de communication mis en place et leur avenir

Guillaume souligne que se retrouver en vrai est un vrai souhait, une impatience, un besoin pour de nombreux paroissiens et en particulier pour lui.

Les différentes chaînes de prières organisées par Daniel Giacobi ont été un lien réel entre tous ceux qui y ont participé. Les participants ont reçu les différents témoignages faisant part de leur bonheur. Certains ont même dit qu’ils avaient été heureux de prier en même temps que l’un ou l’autre qu’ils connaissaient.

D’autres ont souligné qu’ils avaient plus de temps pour téléphoner, pour penser aux autres.

Ceux qui ont demandé des messes sont heureux que leurs intentions soient nommées aux messes que Guillaume célèbre à la cathédrale, même s’ils regrettent évidemment de ne pouvoir y assister. Guillaume propose d’inviter toutes les familles endeuillées dès les premiers dimanches où l’on pourra circuler pour prier ensemble à leurs intentions.

Site paroissial : quelle incidence le confinement a-t -il eu sur la fréquentation du site ? Les statistiques ont montré une très forte progression des visites. D’une moyenne de 170 visites/jour nous sommes passés à une moyenne 220 pendant le carême avec des pointes à 300. Nous ne pouvons savoir combien de temps les internautes passent de temps sur un article, mais nous avons un classement genre TOP 50. Plus l’article est local, plus il plait. Les articles de la Semaine Sainte, les messages de Guillaume, les partages dominicaux pour les enfants ont été les plus lus. Parmi les articles de fond, il y en a de nombreux qui montent dans le TOP sans raison apparente et qui disparaissent après quelque temps…

Le Mouezh est un bon vecteur d’information sur la paroisse, en particulier pour ceux qui n’ont pas d’internet.

L’une d’entre nous souligne qu’elle se sent, malgré le confinement, appartenir à la communauté paroissiale.

La plupart des paroissiens trouvent que les messes télévisées leur sont très utiles mais ils sont frustrés de ce manque d’Eucharistie. Les personnes les plus âgées écoutent la messe à la radio. Les messes dominicales célébrées à la cathédrale sont filmées par Jacques Dissez et retransmises à l’hôpital.

Il y a dans la paroisse des gens qui s’appellent les uns ou les autres au téléphone, juste pour savoir s’ils vont bien. Ce serait gentil que l’échange s’établisse !

Faire attention aux fichiers de noms, adresses, n° de téléphone, adresses mail, même s’il est particulièrement pratique d’avoir un bon fichier sous la main actuellement. On ne sait jamais ce qu’un tiers peut faire de nos fichiers d’adresses. Il serait raisonnable de les mettre sur une clé USB. D’autre part, il vaudrait mieux demander à chacun personnellement son accord.

Dans les résolutions que l’on peut prendre à l’avenir, garder l’habitude de téléphoner aux uns et aux autres, aller à la rencontre de ceux qu’on ne connait pas après la messe.

Comment avons-nous vécu notre foi jusqu’à la fête de Pâques ?

Guillaume nous rappelle que le vrai temps de carême est un temps d’entraînement pour prendre de nouvelles habitudes. (Le temps du confinement aussi.)

L’une a dit son bonheur d’avoir suivi le carême avec « Prions en Église », que cela avait été une découverte. Elle a suivi aussi la Semaine Sainte proposée par le diocèse et celle des Frères de Taizé. Elle a suivi un beau chemin de croix avec l’Hospitalité diocésaine.

L’un a dit qu’il était submergé de messages que les gens font suivre, des copiés-collés, alors qu’il aurait souhaité pouvoir choisir en toute sérénité comment il voulait prier. Il n’a pas été le seul à dire cela.

D’autres ont dit qu’ils avaient exploré le web et trouvé ici ou là des façons de prier qui leur convenaient. La question a été posée : n’est-ce pas dangereux pour l’avenir de s’écarter de la prière personnelle habituelle, de celle de sa paroisse, de son diocèse ? La réponse a été négative. Pourquoi ne pas goûter autre chose à cette occasion et le déconfinement nous fera vite retrouver notre communauté. A nous de diffuser ce qui nous a enrichis et nous ne serons pas déçus du déconfinement.

Un autre a dit qu’il avait apprécié les nombreuses possibilités de se recueillir, d’entretenir une relation forte avec le Christ. Il a aussi apprécié la richesse des émissions proposées par KTO.

Dans ses contacts téléphoniques, une autre a souligné combien certains avaient besoin de consolation, que les personnes âgées étaient très angoissées. Elle leur a fait passer un vrai message de Pâques et les gens en ont été reconnaissants. Cela l’a conduite à intérioriser encore davantage la passion du Christ. Une autre a été frappée par la solitude de certains. Elle va les rappeler.

Puis nous avons eu un échange à propos de la mort. Si la mort d’un proche est toujours très triste, les chrétiens ont l’espérance d’une vie meilleure, de renaître à la vie éternelle. Difficile de faire passer ce message si fondamental. Mais c’est un devoir, a rappelé Guillaume, que nous les chrétiens nous témoignions de notre joie, de l’occasion de nous donner les uns aux autres.

La demande de certains d’une consécration aux cœurs sacrés de Jésus et de Marie

Rappels :

  • Cela a déjà été fait, pour la France, sous Louis XIII et avec la construction de l’église du Sacré-Cœur, consacrée en 1919 et encore une fois en 1945.
  • Nous sommes tous déjà consacrés par le baptême.
  • Avons-nous été capables de changer notre spiritualité, notre vie quotidienne pour répondre à ces vœux ?
  • La France chrétienne y est-elle prête ?

La Saint-Yves (la réunion a eu lieu avant l’allocution d’Emmanuel Macron)

Guillaume a rappelé certains éléments de réflexion :

  • La célébration dépend du déconfinement.
  • Continuer de préparer la Saint-Yves est un signe d’espérance. Y renoncer dès maintenant serait une lâcheté.
  • Pourquoi pas une messe à la cathédrale sur invitation, afin de limiter le nombre des participants et une procession du chef jusqu’à Minihy en petit comité ?
  • possibilité d’avoir quelqu’un qui sonorise et qui filme avec un drone. A nous de trouver les canaux de diffusion.
  • Guillaume a, depuis l’allocution présidentielle, écrit au préfet et aux mairies pour connaître leur avis.
  • De toutes façons, il faut décorer la cathédrale et l’église de Minihy, et l’équipe habituelle est prête à réaliser le tapis de saint Yves.
  • Il n’y a pas de dépenses engagées, donc on peut continuer à y réfléchir.

Une autre visioconférence par Skype nous réunira pour parler de la Saint-Yves
le mercredi 29 avril à 10h.

Nous avons terminé notre rencontre par un Notre Père, prié ensemble.