Commentaire de l’Evangile Enregistrer au format PDF

Samedi 2 mai 2015 — Dernier ajout mardi 2 juin 2015
0 vote

Mardi 14 juillet 2020, le mardi de la 15e semaine du temps ordinaire

Le Christ nous appelle tous à la conversion

Saint Paul VI, pape de 1963-1978
Constitution apostolique « Paenitemini » du 18/02/1966 (trad. DC 1466, p. 386 rev.)

Le Christ, qui pendant sa vie a toujours fait ce qu'il enseignait, a passé quarante jours et quarante nuits dans le jeûne et la prière avant de commencer son ministère. Il a inauguré sa mission publique par ce message joyeux : « Le Royaume de Dieu est proche », ajoutant tout de suite ce commandement : « Repentez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle » (Mc 1,15). D'une certaine manière, c'est toute la vie chrétienne qui se trouve résumée dans ces paroles. On ne peut parvenir au Royaume annoncé par le Christ que par la « metanoia », c'est-à-dire par le changement et le renouvellement intime et total de l'homme tout entier. (...) L'invitation du Fils de Dieu à la metanoia nous oblige d'autant plus qu'il ne l'a pas seulement prêchée, mais qu'il s'est offert lui-même en exemple. Le Christ est en effet le modèle suprême des pénitents. Il a voulu souffrir non pas pour ses péchés, mais pour ceux des autres. Lorsqu'il se met devant le Christ, l'homme est éclairé d'une lumière nouvelle : il reconnaît la sainteté de Dieu et la gravité du péché. Par la parole du Christ le message qui invite à la conversion et accorde le pardon des péchés lui est transmis. Ces dons, il les reçoit en plénitude dans le baptême, qui le configure à la Passion, à la mort et à la résurrection du Seigneur. Toute la vie à venir du baptisé est placé sous le signe de ce mystère. Tout chrétien doit donc suivre le Maître en renonçant à lui-même, en portant sa croix et en participant aux souffrances du Christ. Ainsi, transfiguré en image de sa mort, il devient capable de méditer la gloire de la résurrection. Il suivra également le Maître en vivant non plus pour lui, mais pour celui qui l'a aimé et s'est donné lui-même pour lui (Ga 2,20), et en vivant aussi pour ses frères, en complétant « dans sa chair ce qui manque aux épreuves du Christ pour son Corps qui est l'Église » (Col 1,24).