Commentaire de l’Evangile Enregistrer au format PDF

Samedi 2 mai 2015 — Dernier ajout mardi 2 juin 2015
0 vote

Mardi 10 décembre 2019, le mardi de la 2e semaine de l'avent

« Votre Père qui est aux cieux ne veut pas qu'un seul de ces petits soit perdu »

Saint Jean de Damas (v. 675-749), moine, théologien, docteur de l'Église
Exposé de la foi orthodoxe 1 ; PG 95, 417-419 (trad. bréviaire 04/12)

C'est toi, Seigneur, qui m'as fait naître de mon père, qui m'as formé dans le sein de ma mère (Ps 138,13) ; c'est toi qui m'as fait venir à la lumière comme un petit enfant tout nu, car les lois de notre nature obéissent perpétuellement à tes ordres. C'est toi qui as préparé par la bénédiction de l'Esprit Saint ma création et mon existence, non par la volonté de l'homme ou le désir de la chair (Jn 1,13), mais par ta grâce inexprimable. Tu as préparé ma naissance par une prévenance qui dépasse les lois de notre nature. Tu m'as fait venir à la lumière en m'adoptant pour ton fils (Ga 4,5), et tu m'as inscrit parmi les membres de ton Église sainte et immaculée. C'est toi qui m'as nourri du lait spirituel, c'est-à-dire du lait de tes paroles divines. C'est toi qui m'as fortifié par un aliment solide : le corps de Jésus Christ notre Dieu, ton Fils unique, le très saint, et tu m'as enivré à la coupe divine, c'est-à-dire la coupe de son sang qui fait vivre, et qu'il a répandu pour le salut du monde entier. Tu nous as aimés, Seigneur, et tu as donné ton Fils à notre place pour notre rachat qu'il a entrepris volontairement et sans résistance. (...) Ainsi, ô Christ, mon Dieu, tu t'es abaissé pour me porter sur tes épaules, brebis égarée (Lc 15,5), et tu m'as placé dans un pâturage verdoyant (Ps 22,2) ; tu m'as désaltéré aux sources de la vraie doctrine (ibid.) par l'intermédiaire de tes pasteurs dont tu étais toi-même le berger avant de leur confier ton troupeau.