Ceux qui vont mourir nous apprennent à vivre Enregistrer au format PDF

Samedi 2 novembre 2019
1 vote

Voici un article trouvé aujourd’hui sur Vatican News :

Au lendemain de la Toussaint, l’Église commémore tous les fidèles défunts. Une journée à vivre en lien avec ceux qui sont morts, par la prière, le souvenir, ou des gestes concrets. La psychologue clinicienne et écrivain Marie de Hennezel, qui accompagne des personnes en fin de vie depuis de nombreuses années, nous propose une réflexion sur la signification de la mort et la manière de vivre ce passage.

Au chevet de ceux qui vont mourir, Marie de Hennezel a recueilli de précieux enseignements sur la vie. Une personne que l’on accompagne dans ses derniers jours amène à se poser des questions existentielles. « Ceux qui vont mourir nous apprennent à vivre », affirme la psychologue clinicienne, qui est devenue en 1987 la première psychologue en unité de soins palliatifs de France, à l’Hôpital international de la Cité universitaire de Paris.

Mais aujourd’hui, les personnes ont moins conscience que « le temps de mourir est un temps important ». De plus en plus elles veulent l’écourter. Marie de Hennezel plaide pour le retour d’une « culture de l’accompagnement » dans les familles : parler de la mort, inviter les jeunes à aller voir une personne mourante, s’entretenir avec elle, lui offrir un cadeau… « il y aurait moins de solitude », assure la psychologue clinicienne…

Voir la suite de l’article sur : https://www.vaticannews.va/fr/eglis...