CAREME-6 : Je te donne mon corbillon : qu’y met-on ?

jeudi 6 avril 2017
par  C P Saint-Tugdual
popularité : 12%

« JE TE DONNE MON CORBILLON*, QU’Y MET-ON ? »

Cette comptine a enchanté mon enfance et elle amuse aussi celle de mes petits-enfants pendant les longs trajets en voiture. Ils n’y mettent pas, heureusement, les noms des hommes politiques d’aujourd’hui. Ils n’y citent pas non plus, je le reconnais, tous les beaux mots qui nous suivent pendant ce Carême : pardon, abandon confession, absolution, communion, réconciliation et pas non plus le petit « don », un mot qui doit leur sembler trop court pour être sérieux…

A nous aussi de remplir notre corbillon.

Le don

Nous sommes sollicités par de très nombreuses ONG et pourtant il y a, à côté de chez nous, des besoins. Le Secours Catholique connaît les familles. Par ailleurs, en ce moment, il y a une campagne pour le denier du culte. Nous avons peut-être vu l’affiche du diocèse de Gap qui fait polémique www.diocesedegap.fr et nous avons lu l’article dans le Mouez Sant-Tugdual du mois de mars à la page 14 sur les enjeux du denier dans les Côtes d’Armor.

Si nous donnions aussi de notre temps ? Autour de nous, parmi les plus jeunes mais aussi parmi les anciens, nombreux sont ceux qui auraient besoin de notre disponibilité : garder les enfants, surveiller les devoirs, conduites… faire le « taxi » pour les courses, le médecin, la messe… Et pour notre paroisse ? Nous savons bien tout cela, c’est juste une piqûre de rappel.

Si nous partagions nos talents, notre savoir-faire ?… Nous pouvons tous faire quelque chose que notre voisin ignore, c’est d’ailleurs le but de certaines associations comme le SEL où l’on échange des services. Échanger ? Ça sonne trop commercial, pourquoi ne pas carrément donner ? Nous sommes des chrétiens en Carême.

Et si nous donnions notre amitié ?… Tout simplement…

Le pardon

Le Christ en Croix a pardonné à ses persécuteurs : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font » (Luc 23, 34). Si le Christ a pardonné les sévices des hommes, nous devons bien, nous aussi, arriver à pardonner. N’avait-il pas déjà dit : « Aimez vos ennemis… Car si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous ? » (Matthieu, 5, 44-46).

Irène Villa, victime d’une attaque terroriste, témoignait : « La personne qui choisit de pardonner sera la principale bénéficiaire, car la haine ne fait de mal qu’à celui qui la ressent, pas à celui contre qui elle est dirigée ».

Ça nous rappelle ce que nous disait le pape, en 2016, à Assise, lorsqu’il a insisté : « Le monde a besoin de pardon ; trop de gens vivent enfermés dans le ressentiment et la haine, incapables de pardonner, empoisonnant leur vie et celle des autres au lieu de chercher la joie de la sérénité et de la paix ».

Il paraît que « pardon » et « libération », c’est le même mot en grec…

L’abandon

L’abandon consiste à se mettre dans la main de Dieu qui nous connaît et qui nous aime. Il guérit nos blessures, comble notre vide intérieur de la plénitude de Son amour en même temps qu’il nous procure une joie immense. C’est par la prière que nous nous offrons totalement à l’amour du Père, du Fils et de l’Esprit. Dieu tient alors notre être dans Sa Main et le place près de Son Cœur.

C’est comme cela que Dieu pourra agir en nous, pour que nous soyons vraiment comme Il veut (et non comme nous voulons) : « Que votre volonté soit faite ». La Vierge Marie, lorsqu’elle dit OUI, est totalement abandonnée à l’amour et au dessein de Dieu.

La réconciliation

Voici l’un des 5 préceptes de l’Eglise tels qu’ils sont présentés dans le Catéchisme de l’Eglise Catholique :
« Tout fidèle est tenu par l’obligation de confesser ses péchés au moins une fois par an ». Il est proposé ainsi de se préparer à l’Eucharistie par la réception du sacrement de la réconciliation, qui continue l’œuvre de conversion et de pardon du Baptême.

Je vous renvoie aussi à l’article publié sur ce site : Carême – 4 « Le ménage et la tendresse de Dieu ».

Alors, ce corbillon ? Est-il plein ? Pouvons-nous le partager ? De mon côté, pas tout à fait, je n’ai pas toujours tenu mes résolutions et il nous reste à vivre la semaine de la Passion du Christ….

  • Un corbillon est une petite corbeille. Il pouvait être utilisé pour le pain bénit. La comptine dont il est question est un jeu où l’un des joueurs lance la question, il s’agit de répondre chacun à son tour le plus rapidement possible un mot se terminant par -on.

image Jésus
Bannière denier

Facebook

Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 22 septembre 2017

Publication

301 Articles
Aucun album photo
1 Brève
Aucun site
148 Auteurs

Visites

28 aujourd’hui
113 hier
200248 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés