CAREME-4 : Le ménage et la tendresse de Dieu

jeudi 23 mars 2017
par  C P Saint-Tugdual
popularité : 3%

Je me souviens d’une homélie où notre curé parlait de l’accueil. « Pour un bon accueil, disait-il, il faut ranger, aérer et faire le ménage de la maison ». J’avais souri dans ma barbe en me disant : « Qui oserait recevoir la famille, les amis, sans passer par là ? »

Et pourtant… Nous allons bientôt recevoir le Christ ressuscité. Avons-nous rangé notre cœur, aéré notre conscience et fait le ménage dans notre âme ?

Ranger
Nous avons prié avec plus de ferveur et d’amour tout au long de ce Carême et nous avons ainsi mis un peu d’ordre dans nos pratiques : prières du matin et du soir, méditation, chapelet, chemin de croix ou autres. Même si nous n’avons pas tenu toutes nos résolutions, nous sommes en bon chemin. Comme dans notre maison rangée, nous voyons maintenant ce que nous voulons mettre en valeur.

Aérer
Après avoir rangé et discerné nos priorités, nous allons laisser souffler le vent de l’Esprit Saint dans nos âmes. Quelle joie d’aller à l’essentiel pour redevenir « enfants de Dieu » !

Faire le ménage
Alors là, c’est plus dur ! Manier le chiffon à poussières, se hausser pour la tête de loup, gesticuler pour faire briller les vitres, et, je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais vider l’aspirateur…beurk… Pourtant, une maison propre, rutilante et qui sent bon, quel bonheur !

N’en serait-il pas pareil pour notre âme ? L’Église, en nous demandant de « faire nos Pâques », nous convie une fois par an (service minimum avouons-le) à partager l’Eucharistie - ça, tout le monde le sait -, mais avant cela, à recevoir le sacrement de la réconciliation - et ça, tout le monde l’oublie (ou feint de l’ignorer). Oh, je sais, je suis la première à l’avoir oublié pendant quelques années. C’est donc à ce titre que je peux en parler plus simplement.

Il fut un temps où l’Église autorisait l’absolution collective. J’ai testé, à l’époque, et je suis sortie de là dans le même état que celui où j’étais en entrant… c’est à dire… frustrée et triste. Pourquoi ? D’une part, parce qu’il n’y avait pas eu d’effort : vous savez la lutte de celui qui grimpe un sommet avant de contempler le paysage avec le très grand bonheur du devoir accompli. D’autre part, parce que je n’avais pas eu une rencontre personnelle avec Jésus-Christ que j’aime et qui m’aime. C’était pour cela que j’étais venue, c’était ça l’important et ça m’avait manqué. Vous avez remarqué, dans l’Évangile, Jésus enseigne les foules, nourrit tous ces hommes, mais jamais Il ne pardonne en masse. C’est toujours une rencontre individuelle, comme nous l’avons vu dimanche dernier avec la Samaritaine (Jean 4, 1-29), ou le Fils prodigue (Luc 15, 20-24) ou encore le bon Larron (Luc 23, 42-43).

Dans la confession individuelle, nous pensons tous qu’il y a un problème insurmontable : la honte d’avouer nos turpitudes à un prêtre. Le pape François nous comprend et l’a redit le 21 mars dernier : « Tu n’y es pas allé honteux de ce que tu as fait. Tu as vu quelques taches sur ta conscience et tu t’es trompé parce que tu as cru que le confessionnal était une teinturerie pour enlever les taches. Tu as été incapable d’avoir honte de tes péchés ». Mais il avait déjà dit en 2013 : « Avoir honte devant Dieu est une grâce » (Pape François : le sacrement de la Réconciliation ).

Maintenant qu’il y a si peu de prêtres, nous nous confessons à notre curé, celui que nous connaissons et qui nous connaît. Et oui… les prêtres sourds et distraits se font rares… il n’y a que des « passeurs d’âmes ». A ce sujet, je vous renvoie à Trois façons de rater sa confession !. L’abbé Grosjean, de façon amusante, nous décrit les trois meilleures façons de rater sa confession. Sa conclusion : « Même si le prêtre entend tout, son regard sur nous ne changera jamais… le prêtre n’est qu’un instrument du Seigneur, il ne juge pas… il a de la compassion pour notre peine de pêcheur… il a surtout la joie de pouvoir nous pardonner ».

Vous ne croyez pas qu’il y a finalement beaucoup d’amour dans tout ça ? Le Seigneur est à notre recherche pour nous exprimer sa tendresse. A chacun de nous, individuellement.


image Jésus
Bannière denier

Facebook

Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 14 juillet 2017

Publication

289 Articles
Aucun album photo
1 Brève
Aucun site
143 Auteurs

Visites

91 aujourd’hui
153 hier
191329 depuis le début
6 visiteurs actuellement connectés