Homélie du 15 août 2015 à Port Blanc

samedi 22 août 2015
par  Abbé Guillaume Caous
popularité : 5%

Ap 11,19a.12,1-10 / Ps44 / 1 Co 15, 20-27 / Lc 1, 39-56

D’où nous vient cette joie de fêter aujourd’hui, comme chaque année la Vierge Marie ? C’est parce qu’en Marie, nous contemplons le modèle de toute l’humanité, promise de passer, avec son Seigneur de la mort à la vie.

Alors que souvent nous désespérons de nos laideurs, de nos lenteurs, de nos faiblesses, voilà que l’entrée dans la gloire de la vierge Marie force les portes de notre espérance : le bonheur est possible pour l’humain.
Le genre humain loin d’être abandonné par Dieu a été sauvé par lui. ‘C’est en Adam que meurent tous les hommes, c’est dans le Christ que tous revivront’, nous disait saint Paul dans la deuxième lecture. ‘C’est comme ça, ça ne va pas marcher de toute façon, on n’y peut rien…’ : notre fatalisme est aujourd’hui bousculé par l’entrée dans le ciel de la jeune femme de Nazareth, celle que tout promettait à une vie de galère : fille de Dieu, enfant naturel, dans un pays perdu, rien ne laissait présager la destinée hors du commun de Marie.
Elle seule a pressentit l’œuvre de Dieu en elle, le retournement de la situation. ‘Il renverse les puissants de leurs trône, il élève les humbles’ Le chant de Marie, répété si souvent nous secoue quand la morosité ambiante veut nous faire croire que rien ne changera sur la terre des hommes, dans leur vie faite de compromis et de petitesses.

La fête d’aujourd’hui nous invite à tourner nos regards vers le ciel où Dieu nous attend : cette espérance peut transformer une vie, toute vie, jusqu’à l’humanité tout entière, si elle accepte d’être assumée, d’être dépendante. Nous n’avons pas à nous dépatouiller tout seul, ou alors nous avons raison de désespérer ; mais notre vie est dans la main de Dieu qui nous attire vers lui, qui veut nous arracher aux puissances du mauvais qui font de nous les complices de l’inertie ambiante.
L’exemple de Marie nous stimule aujourd’hui pour qu’en la contemplant, notre vie soit belle, rayonnante, enthousiasmée par l’amour pour notre créateur : une vie transformée, transforme la vie des autres dans la contagion de la Bonne-Nouvelle, comme Elisabeth dans notre évangile : ‘ Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon sauveur vienne jusqu’à moi ?’

Notre-Dame de Port-Blanc, de votre sanctuaire, veillez sur nos maisons, sur nos quartiers ; demandez pour nous la force du pardon, l’audace de ne pas nous décourager quand la morosité nous gagne, la joie de nous savoir aimés de Dieu, le désir de vous rejoindre un jour, près de Jésus, pour un bonheur qui n’aura pas de fin. Protégez sous votre manteau tous ceux que nous aimons, tous ceux que nous avons aimés et donnez-nous, entre nous, un amour vrai qui enflamme notre soif de vivre ensemble ici-bas de la félicité du ciel.
Amen
JPEG - 109.9 ko
Port Blanc, 15 août 2015 .
Abbé Guillaume Caous


Bouton Contact image Jésus
image Noel
Bannière denier

Facebook

Navigation

Articles de la rubrique

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 12 décembre 2017

Publication

323 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
1 Site Web
154 Auteurs

Visites

110 aujourd’hui
126 hier
211395 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés