Les stations du Chemin de Croix de l’ancienne chapelle du Petit Séminaire de Tréguier

mardi 13 mai 2014
par  Jef Philippe
popularité : 9%

La salle de spectacle du Théâtre de l’Arche, à Tréguier, est l’ancienne chapelle du Séminaire de cette ville jadis épiscopale. Malgré ses vicissitudes, ce lieu de haute mémoire a conservé sur ses murs six stations d’un Chemin de Croix sculpté dans le tuffeau.

Rappelons tout d’abord les grandes lignes de l’histoire de ce monument. Ce qui apparaît ici, émanant des documents que m’a communiqués Monsieur Yves-Marie Érard, archiviste de l’évêché de Saint-Brieuc et Tréguier, diffère quelque peu de ce qui a pu paraître ici ou là : si quelqu’un possède des renseignements différents ou complémentaires, tant au sujet de la chapelle qu’au sujet du Chemin de Croix, nous serons heureux d’en prendre connaissance et de rectifier au besoin notre propos.

La chapelle de l’ancien Petit Séminaire

Il y eut d’abord une "chapelle du Séminaire de Tréguier, qui, d’après l’abbé France (Le Collège de Tréguier) datait de 1648. Le chanoine Thépault de Rumelin y fut inhumé en 1677. Lorsque fut construite la seconde chapelle, dite de l’École Ecclésiastique de Tréguier (qui s’installa en 1820 dans les locaux de l’ancien séminaire et prit vers 1830 le nom de Petit Séminaire), la première fut détruite.
La seconde chapelle fut construite entre 1894 et 1896 sur les plans de l’architecte Meslay (dont un ou deux plans conservés dans la Bibliothèque du Collège Saint-Joseph de Lannion qui possède aussi des photos de cette chapelle) ; cette chapelle est transformée en atelier pour le collège après l’expulsion des prêtres du Petit Séminaire en 1907. Depuis cette chapelle est devenue le Théâtre de L’Arche.

En 1894, le 23 juillet, bénédiction de la première pierre de la nouvelle chapelle par Mgr Dubourg, ancien élève, évêque de Moulins (9, 1931, 1934) ; l’architecte est Meslay (parfois orthographié Mellet) (Arch ISJ).
En 1895 le Petit Séminaire de Tréguier sollicite un emprunt de 200000 francs pour reconstruire un bâtiment (peut-être la chapelle) : le Ministre des Cultes, par lettre du 3 octobre 1895, demande un dossier ; le devenir de cette demande n’est pas dans les Archives des CdN (Arch CdN V801).
En 1896, le 23 octobre, Mgr Fallières procède à la bénédiction de la nouvelle chapelle.
En 1897, le 26 octobre, l’archidiacre Le Provost préside à la translation des reliques de Thépault de Rumelin et de sa nièce dans la nouvelle chapelle.
En 1899, le 21 juin, inauguration des orgues fabriquées par Didier de Nancy et consécration de la nouvelle chapelle par Mgr Dubourg et Mgr Fallières.
Début 1938, alors que le chanoine Laîné est curé archiprêtre de Tréguier, les cloches de la chapelle du Petit Séminaire de Tréguier sont transférées dans le clocher de la chapelle de l’Institution Saint-Joseph de Lannion.
Désacralisée après les lois de séparation de l’Église et de l’État (1905), elle fut rénovée en 1991-1992 puis transformée en salle de spectacles : le Théâtre de l’Arche était né.

Le chemin de Croix

Un chemin de croix, sculpté dans du tuffeau, en orne les murs et mérite notre attention. Jusqu’à présent je n’ai pu en établir la date. Il se pourrait que ces stations représentant des épisodes de la Passion du Christ aient été gardées de l’ancienne chapelle, du XVIIe siècle. On remarquera que Jésus, sauf lorsqu’il tombe sous sa croix et lorsqu’il y est cloué, n’est pas représenté souffrant, mais en posture d’enseignant : même au cours de sa Passion, il transmet son message.

Il est remarquable que seules 6 stations soient représentées :
Jésus tombe sous sa croix

Jésus rencontre sa Mère

Jésus rencontre les femmes de Jérusalem

Jésus rencontre sainte Véronique qui lui essuie le visage

Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix
( station en partie occultée par l’escalier) ;

Jésus est cloué sur la croix.

Manque-t-il des stations ? L’on m’a assuré que ce sont les seules, mais au cours de travaux on a pu en occulter… C’est un fait que certains chemins de croix anciens ne comportent que 7 stations, celui de Servel par exemple.

C’est en assistant à un concert de Gospel, il y a quelques années, que je fus frappé par ce Chemin de Croix. Il peut paraître peu à sa place lors de certains spectacles, certes, mais là je trouvais qu’il y avait une correspondance entre la Passion du Christ et les chants qui aidèrent les esclaves noirs à tenir dans l’adversité : la Bible était leur source d’inspiration !
Jef Philippe


image Jésus
Logo Synode
Bannière denier

Facebook

Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 28 avril 2017

Publication

254 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
103 Auteurs

Visites

76 aujourd’hui
126 hier
179376 depuis le début
5 visiteurs actuellement connectés