Pardon de Hengoat

jeudi 4 août 2011
par  C P Saint-Tugdual
popularité : 9%

Homélie du Père Jorge Camacho, SJ, à l’occasion du pardon de Hengoat

Frères et sœurs,

Aujourd’hui Jésus nous parle du royaume de Dieu et il nous parle en Paraboles. Lui, Jésus, lorsqu’il veut parler du Royaume de Dieu, il le fait toujours en paraboles. Qu’est-ce que c’est que le royaume de Dieu et pourquoi faut-il en parler avec des paraboles ?

Les évangiles appellent à se référer à l’expérience que Jésus lui-même a de Dieu le Père. C’est-à-dire, à la manière dont Jésus

sent la présence de Dieu dans sa propre vie. Donc, derrière l’image du Royaume de Dieu, nous pouvons trouver l’image que Jésus lui-même a de Dieu. Matthieu parle de royaume des cieux et Marc et Luc du royaume de Dieu pour parler de la même réalité.

En d’autres termes, la figure du royaume des cieux nous révèle la relation que Jésus a avec son Père, la manière dont il perçoit l’action de Dieu. Le royaume des cieux n’a rien à voir avec le ciel au-delà de ce monde, le ciel avec les nuages et Dieu semblable à un monsieur à longe barbe, assis sur son trône, pour juger le monde … Cela n’est pas l’image que Jésus a de Dieu.

L’image que Jésus a de Dieu est celle du semeur qui jette la semence dans tout terrain, même dans le mauvais terrain. Un jour un paysan chez moi en Colombie m’a dit en interprétant cet évangile : « Père, le semeur de la parabole n’a pas aucune idée de l’agriculture, parce que l’on ne sème jamais dans un terrain qui n’est pas bon ». Je pense qu’il avait raison : la parabole rompt la logique de notre rationalité. Oui, c’est logique de jeter les semences dans le bon terrain, mais pourquoi le faire dans les pierres, au bord de chemin ou dans les ronces ? Si le semeur de la parabole est Dieu le Père, qu’est ce que cela veut dire qu’il jette la semence en tous les terrains ?

Cela nous montre un Dieu patient, et surtout qui a confiance en nous, même si nous sommes devenus un terrain inapte pour sa semence. Il attend avec patience que nous améliorions notre cœur pour l’accueillir. Dieu veut de toute façon, malgré nous-mêmes et notre péché, nous donner sa semence, sa parole qui est féconde comme le sont la pluie et la neige qui descendent des cieux et qui, en abreuvant la terre, ne reviendront pas sans résultat.

Dieu veut que nous ayons une rencontre avec lui. Il veut que nous vivions le royaume de Dieu. Il nous offre toujours cette possibilité. La seule chose que nous devons faire est l’accueillir. Mais ça n’est pas toujours facile, l’évangile nous rappelle qu’il y a des personnes qui ont des yeux et ne voient pas et qui ont les oreilles et n’entendent pas… Parce que les paraboles, comme la foi, ne se comprennent qu’avec les yeux du cœur. On peut donner mille et une raisons pour croire et ça ne suscite pas une réelle rencontre avec Dieu.

Pour dépasser l’esprit têtu de ses disciples et pour ouvrir leur cœur, Jésus a utilisé les paraboles. Les disciples ont réussi à accueillir la semence et ils ont donné des fruits. Les fruits qu’ils ont donnés, souvent dans le martyre, se sont transformés en semence de nouveaux chrétiens. Voilà le processus de transmission de la foi. Processus dans lequel vous avez participé depuis long temps, dès que des personnes comme Saint Maudez, selon son histoire, vous ont apporté le trésor de la foi.

Vous avez reçu la semence et vous avez aussi donné des fruits. Mais le processus de la tradition ne s’arrête pas là, vous avez maintenant la tâche, la mission incontournable, de semer cette foi dans les cœurs des nouvelles générations, afin qu’elles puissent aussi vivre de ce trésor.

J’entends souvent dire par les personnes âgées des choses comme ça : « La jeunesse d’aujourd’hui ne veut rien savoir de religion », « il n’y a rien à faire, toute cette jeunesse est perdue ». Et nous jugeons le terrain, sans même avoir jeté la semence.

Mais Dieu, lui, ne se cesse pas de jeter la semence, parce qu’il sait que tout terrain est approprié à la recevoir.

Un autre paysan colombien m’a dit une autre fois : « tous les terrains sont appropriés pour semer, il faut bien choisir la semence »

Demandons au Seigneur en cette fête de saint Maudez la créativité et la sagesse nécessaires pour semer la foi dans le monde d’aujourd’hui, créativité des paraboles de Jésus, et d’autant de saints qui, comme Saint Maudez, ont su transmettre sa foi.






image Jésus
Logo Synode
Bannière denier

Facebook

Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 29 mai 2017

Publication

269 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
108 Auteurs

Visites

19 aujourd’hui
157 hier
183842 depuis le début
4 visiteurs actuellement connectés