Messes recommandées à une intention particulières

par  C P Saint-Tugdual
popularité : 9%

Offrir une messe à une intention particulière …
… un cadeau à saveur d’Éternité !

L’Eucharistie est le sommet et la source de la vie de l’Eglise … elle l’est aussi pour la vie de tout chrétien.
Depuis le second concile du Vatican, le mot « Eucharistie » remplace souvent, chez les Catholiques pratiquants, le mot messe, qui pourrait venir de la notion de repas. Il signifie « action de grâces » et souligne donc la louange et le remerciement que nous y adressons à Dieu pour sa miséricorde. Car, avant tout, l’Eucharistie constitue l’actualisation du sacrifice du Christ pour le salut du monde, sa rédemption : toute l’Église – celle du Ciel et celle de la Terre – s’unifie à ce sacrifice.
De façon inouïe, à chaque eucharistie, l’Éternité de Dieu « jaillit » donc dans notre présent !

Demander que l’on célèbre une messe pour intention particulière, c’est inscrire cette intention dans la grande prière par excellence de l’Église. Au-delà des conditionnements de temps et de l’espace auquel nous sommes soumis en ce monde, la messe nous unit dans les prémices du festin des noces éternelles, auquel le Seigneur a promis d’accueillir Ses fidèles. Et, s’il n’est pas possible de participer physiquement à une messe recommandée, savoir quand elle est célébrée permet de s’y associer par la prière.

Depuis très longtemps, les fidèles peuvent offrir une messe à une intention particulière. La prière du fidèle prend alors une dimension communautaire puisque la messe, célébrée pour le salut du monde, a toujours une valeur universelle.
Ce peut être pour un ou des défunts, voire pour toutes « les âmes du Purgatoire » : c’est un acte de foi où nous demandons à Dieu de les accueillir dans Sa gloire.
Ce peut-être une intercession pour aider un proche lors d’une épreuve ou y faire face soi-même : deuil, maladie, chômage, addiction, difficultés de couple ou de famille, discernement à mener …
Ce peut-être une action de grâce pour remercier Dieu d’un événement heureux.
Depuis plusieurs siècles, des Chrétiens ont souhaité pouvoir offrir une neuvaine (9) ou un trentain (30) de messes à telle ou telle intention. Plus récemment, ne habitude se fait jour dans les familles les plus convaincues : en offrir pour un jeune foyer.

Il est de tradition très ancienne que la personne qui recommande une messe pour une intention particulière s’associe plus spécialement à la célébration en donnant une offrande pour participer à la vie matérielle de l’Église. Il ne s’agit pas « d’acheter une messe » mais, par une aumône, de permettre à l’Église de continuer à vivre pour annoncer l’Évangile. C’est aussi manifester son désir de s’offrir soi-même en donnant de son propre bien, le fruit de son travail.

Dès l’Ancien Testament, il a été établi, par ailleurs, que les prêtres doivent se consacrer au service de l’autel en sachant pouvoir compter sur les fidèles pour vivre.
En France très particulièrement, à l’exception de l’Alsace et de la Lorraine, la vie matérielle de l’Église dépend entièrement des contributions volontaires des fidèles. Le « salaire » des prêtres dépend en partie du nombre de messes célébrées par lui dans le mois : il est fixé dans chaque diocèse … en fonction du nombre globale de messes qui y sont recommandées. Parfois plusieurs intentions sont citées au cours d’une même messe ; cela signifie qu’autant de messes sont célébrées qu’il y a d’intentions : soit par les prêtres présents, soit par des prêtres qui célèbrent ailleurs.

Quand un fidèle ne peut en conscience pas faire d’offrande matérielle, ou pas la totalité l’offrande recommandée pour faire dire une messe, il est bien évident que la messe sera quand même célébrée. Et, au-delà de la messe ainsi offerte, l’Eglise continue de prier pour l’intention confiée, très particulièrement, dans la récitation quotidienne du bréviaire.

De toute façon, la messe a une valeur infinie puisqu’elle est l’œuvre de Dieu et non pas des hommes. Il n’est pas question, comme le croyaient les païens, de « forcer les Dieux » à les protéger. Certes, dans l’Église primitive, l’offrande de messes avait effectivement pris la place des banquets païens offerts en l’honneur des morts. Ces banquets manifestaient d’ailleurs le pressentiment, confirmé par la Révélation biblique : que les vivants peuvent continuer à agir pour les morts. À la messe, l’Église invite à offrir le sacrifice eucharistique pour que, purifiés de leurs fautes, les défunts puissent accéder à la vision béatifique de Dieu (Catéchisme de l’Église Catholique n° 1032).

Offrir une messe est certainement le plus beau cadeau que l’on puisse offrir à ceux qu’on aime …

Les dates et horaires des messes sont publiées chaque mois dans le bulletin paroissiale Mouez Zant Erwan


Documents joints

Paroisse ND de Penvénan
paroisse St Maudez de la Presqu'ile
Paroisse St Yves de Tréguier
paroisse Ste Catherine de La Roche Derrien

image Jésus
Logo Synode
Bannière denier

Facebook

Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 29 mai 2017

Publication

269 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
108 Auteurs

Visites

20 aujourd’hui
157 hier
183843 depuis le début
5 visiteurs actuellement connectés